Accueil Faire les courses On nous prendrait pas pour des c*** par hasard?

On nous prendrait pas pour des c*** par hasard?

2
2
325

Vous me direz, on est toujours le con d’un autre, mais là… c’est too much.

Le problème, c’est que le bio a le vent en poupe. Alors c’est bien parce que les gens se mobilisent (un peu). Par contre; on a le droit à tous les effets de mode, et entre autres les grandes chaines de magasin qui pour surfer sur la vague et ne pas perdre de clients mettent tout à la sauce bio, mais le font surtout n’importe comment.

Et dans la série « soyons logiques », on a les fruits et légumes emballés INDIVIDUELLEMENT, mais attention hein, c’est bio!

pomme      m_1639971_tomate-cocktail-grappe-categorie-1

Alors voilà comment un agriculteur se coupe en quatre pour faire du bio, et le résultat dans la grande distri. Tout à l’heure le sang m’a chauffé: voulant emmener ma fille voir le rayon bio, je m’en suis mordue les doigts: des kilos de plastique s’étalaient sous mes yeux. Les photos sont prises sur les réseaux sociaux mais malheureusement, j’en ai vu autant voire plus à Auchan ce matin, et quiconque met encore les pieds dans un magasin distributeur a dû en faire la douloureuse expérience.

Ou comment on a le choix entre manger sainement (pour notre corps) en pourrissant la planète ou ingurgiter des pesticides non emballés. Et là on fait quoi, hein? hein? On nous prendrait pas un peu pour des pigeons?

LE CONSOMMATEUR DE BIO N’EST PAS UN PIGEON PRET A ACHETER N’IMPORTE QUOI!

Je propose quelques principes simples:

-ne pas acheter de bio emballé dans du plastique, c’est un non-sens absolu.

-acheter plutôt dans ce cas des légumes et fruits des fermes environnantes que vous savez sérieuses, même si elles n’ont pas ce label de prestige qui devient parfois plus un appât pour consommateur qu’autre chose (j’ai dit: « parfois »: pas taper)

-privilégier le bio mais préférer un produit bio français, ou mieux encore, de la région, à un produit bio étranger. Parce que les critères d’appellation du bio et les cahiers des charges sont souvent moins exigeants que les critères français. La vidéo de Natasha Polony a circulé, sur les bananes non bio françaises dont le cahier des charges est plus exigeant que le bio sud-américain.

-personnellement je vais plus loin: je privilégie le non bio mais de qualité française au bio étranger, pour favoriser notre agriculture (d’une part) et pour fuir les produits qui sont venus de très loin en avion, et dont le coefficient carbone pue le kérozène à cent mètres (d’autre part)!

Bref, bananes, avocats et mangues sont des petits caprices que je m’octroie, mais pas systématiquement car ils pèsent sur la planète, et ces produits, même bio, n’en portent que le nom après 10000 km en avion.

 

Pour résumer: le bio, OUI et OUI.

mais accepter les suremballages de la distri, NON!

et acheter le bio kérozéné du bout du monde, pas terrible non plus.

Et la prochaine qui me balance crânement « ouais, mais moi mes enfants ils ne mangent QUE du bio, d’abord », je lui demande quel est son coefficient carbone. D’abord.

 

Cliquez ici pour mon article sur les bouteilles en plastique

 

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par laetitia
Charger d'autres écrits dans Faire les courses

2 Commentaires

  1. Carole

    24 août 2018 à 17 h 51 min

    Le bio est vraiment un effet de mode. Des études montrent que manger bio n’est pas meilleur pour la santé qu’un autre type d’alimentation raisonné. Et effectivement, l’empreinte carbone n’est pas moindre si la culture est à l’autre bout du monde.
    Bref, bio à quel prix ? Je pense aussi que le local est davantage à privilégier.

    Répondre

    • ductdecheznous

      24 août 2018 à 20 h 06 min

      Je pense vraiment que le bio évite d’ingurgiter tous les produits toxiques qui sont mis sur certains légumes, il n’y a qu’à voir la condamnation de Monsanto qui a empoisonné les gens avec ses produits. Mais je me refuse à trouver sain de manger bio qui vient de l’autre bout du monde ou qui est emballé à outrance. Ce qui parfois ne nous laisse pas à nous, consommateurs, un choix satisfaisant. Une agriculture « raisonnée » et locale, comme tu dis, est souvent une solution satisfaisante même si elle n’a pas le label.

      Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

la cueillette des mirabelles!

Tout petit post aujourd’hui, un peu plus court. Pour faire simple dans les plaisir e…